Le purgatoire doctoral/The PhD purgatory

Je présume que ce que je m’apprête à vivre n’aurait pas été très différent, en termes strictement académiques, de ce qui se passerait à Notre Dame (ou UPenn/Columbia, si j’avais pu y être admis): des cours, le pré-doc écrit, des tâches de TP. Ça s’annonce assez rock and roll. J’ai tout de même été capable de résoudre quelques questions d’anciens pré-docs écrits à Minnesota, malgré ma préparation inadéquate qui a fait en sorte que je n’ai pas fait le pré-doc écrit hier et avant-hier.

Seulement, on dit souvent que ça va beaucoup mieux une fois que la transition vers la recherche est amorcée. Vous avez une meilleure idée de votre sujet de thèse, vous avez plus de contrôle sur votre rythme de travail, les cours sont plus bonbons à mesure qu’ils deviennent plus avancés. Par contre, suivant cette logique, les plus belles années d’un doctorat seraient les années dites “ABD”, i.e. les années après la fin des cours et du pré-doc oral (ou du pré-doc oral seul en Europe), auquel cas on parlerait de la deuxième moitié d’un doctorat. Néanmoins, ce sont tout de même des années difficiles, en termes des tâches à effectuer.


 

I assume that what I will soon live would not be very different, in strictly academic terms, from what would happen at Notre Dame (or UPenn/Columbia, if I could be admitted there instead): some coursework, written quals, TA assignments. It is forecast as rather rough and tumble. I was still capable of solving some old Graduate Written Exam questions at Minnesota, despite my inadequate preparation that made it so that I did not take the GWE yesterday and two days ago.

Only, it is often claimed and said that a PhD gets a lot better once the transition towards research has started. You have a better idea of your dissertation topic, you have greater control over your working schedule, the coursework is more lenient as they get more advanced. However, following that logic, the best years of a PhD would be the ABD years, i.e. the years after the end of coursework and the oral quals (or the oral quals alone in Europe) in which case one would be talking about the second half of a PhD. Nevertheless, these are still difficult years, in terms of the actual work carried out.

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s