Une question pour les activistes/A question for activists

La politique scientifique civile a défrayé les manchettes dans les mois précédant la campagne électorale fédérale canadienne. La raison pour laquelle je fréquente l’Université du Minnesota (avec la cosmologie des particules comme support) est une tentative de protestation face à la politique scientifique civile. J’ai “voté avec mes pieds” avec quelques autres et une quantité inconnue dans les autres sciences; il convient de se demander s’il y a une relation quelconque entre la destination d’un intervenant et l’impact que l’intervenant peut avoir lorsqu’une telle opération est effectuée.

Voici la question du jour: Lequel de ces trois intervenants est le plus susceptible d’avoir un impact sur le public? Ici le prestige dans la discipline de l’intervenant doit donc être pris en compte.

  1. Un étudiant parmi les meilleurs et les plus brillants qui fréquente le programme doctoral le plus prestigieux possible (e.g. un physicien qui irait à Caltech)
  2. Un étudiant qui fréquente un programme doctoral étranger du même niveau que les programmes doctoraux du pays d’orgine (ici on suppose que l’étudiant ne serait pas coincé dans une pyramide de Ponzi doctorale, ni à la maison, ni à l’étranger; les 2+2 cas connus en physique au Canada sont tous de cette catégorie, à moins que UVA et/ou UC Riverside soient des pyramides de Ponzi physiques de niveau RA, auquel cas ils entrent dans la catégorie la plus basse)
  3. Un étudiant qui fréquente un programme doctoral étranger qui est une pyramide de Ponzi de niveau RA (ou TP si c’est un étudiant dans une discipline avec peu d’argent et de chargés de cours) alors qu’il aurait accès à des programmes doctoraux qui ne sont pas des pyramides de Ponzi à la maison

Chacune des trois réponses peuvent se défendre. Voici des réactions possibles, peut-être même prototypiques, du public face à chaque type d’intervenants:

  1. “On est en train de perdre les meilleurs et les plus brillants”
  2. “Si on n’est même pas capable de retenir des gens qui seraient clairement capables de réussir à la maison, il y a anguille sous roche”
  3. “Il doit y avoir des problèmes graves ici s’il est prêt à aller dans un programme gradué étranger aussi minable”

En général, les gens qui sont sensibles à l’impact de la politique scientifique civile tendent à être plus au fait que le prestige disciplinaire n’est pas la même chose que le prestige global d’une université.


Civilian science policy made headlines in the months preceding the Canadian federal election campaign. The reason why I attend the University of Minnesota (with particle cosmology as a supporting device) is to attempt to protest against civilian science policy. I “voted with my feet” with a few others and an unknown number in other sciences; one may ask if there is any relationship whatsoever between the destination of a protester and the impact that the protester may have when one such operation is carried out.

Here’s today’s question: Which one among these three protesters is most likely to make an impact on the public? Here the prestige in the protester’s discipline must be taken into account.

  1. A student among the best and the brightest that attends the most prestigious doctoral program she could (e.g. a physicist that goes to Caltech)
  2. A student who attends a foreign doctoral program at the same level as doctoral programs at home (here we suppose that the student would not fall prey to a doctoral Ponzi scheme, at home or abroad; the 2+2 known cases in Canada for physics all fall into this category, unless UC Riverside and/or UVA are physical, RA-level Ponzi schemes, in which case they fall into the lowest category)
  3. A student that would attend a foreign doctoral program that is a RA-level Ponzi scheme (or TA if it is a student in a discipline with little money and little adjuncts) while they would access programs that are not Ponzi schemes at home

Each of the three answers can be argued and defended. Here are possible reactions, perhaps even prototypical, of the public towards each type of protesters:

  1. “We are losing the best and the brightest”
  2. “If we are not even able to retain students that clearly could succeed at home, there is a problem”
  3. “There has to be grave problems here if one is ready to attend such an awful foreign graduate program”

In general, people who are sensitive to the impact of civilian science policy tend to be aware that the disciplinary prestige is not the same as the university-wide prestige.

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s