La Colombie-Britannique et l’université de Washington/British Columbia and the University of Washington

Après la récente annonce par la Banque du Canada de baisser le taux directeur d’un autre quart de point, à 0.5%, je commence à craindre que la bulle immobilière ne se gonfle encore, avec #DontHave1Million . Quand Vancouver est la deuxième ville la plus chère au monde pour l’immobilier résidentiel, devant des villes longtemps considérées comme peu abordables (Londres, Paris, New York, Tokyo, Los Angeles, San Francisco et Moscou dans une moindre mesure) ça devient encore plus tentant pour les étudiants à UBC/Simon Fraser (je ne sais pas pour UVic) d’aller quitter la province, voire le pays, pour un doctorat, surtout pour un activiste.

Néanmoins, sans accord de réciprocité avec la Colombie-Britannique, l’université de Washington n’aura jamais de succès au Canada à un autre niveau que le PhD. Et même au niveau du PhD, Washington a eu, et a encore, une réputation très régionale au Canada (Colombie-Britannique surtout) du moins pour autant que la physique soit concernée. Mais pour quelqu’un qui veut en avoir pour son argent, Washington-Seattle n’est pas la meilleure option dans sa tranche de prestige physique. (En informatique, ce serait une autre histoire parce que le prestige informatique de Washington est plus élevé que son prestige physique) Prenons Minnesota à titre de comparaison; si on est un amateur de physique nucléaire, je conseillerais Duke à la place mais ma connaissance des conditions salariales et de vie à Duke est beaucoup plus limitée.

  • Salaire: 24 440$/an (Minnesota)/23 472$/an (Washington; 12 mois à 1 956$/mois)
  • Coût de la vie: ~20-25% plus cher à Seattle
  • Météo: plus chaude à Seattle
  • Seattle est plus politiquement polarisée

Par contre, comme Washington est dans une situation unique où il peut capitaliser dans un marché physique canadien clé, Washington attend de voir si Minnesota peut avoir du succès au CUPC avant de se lancer dans un kiosque pour des éditions futures, mais on pourrait dire la même chose de Royal Holloway, Durham, et, à la limite, University College London du côté britannique, qui sont toutes dans la même tranche de prestige physique que Minnesota, Duke et Washington.

Seulement, même si les universités de Colombie-Britannique constituent un bassin limitrophe de qualité, avec des caractéristiques physiques similaires à ce qui peut se faire ailleurs au pays, le département de physique à Washington doit se poser les mêmes questions que Minnesota à ce sujet, surtout si Harper était réélu. Car on sait très bien à quel point les départements de physique d’un océan à l’autre ont des dents envers le gouvernement fédéral actuel.


After the recent announcement by the Bank of Canada to lower the key interest rate by another quarter-percent, to 0.5%, I begin to fear that the real estate bubble keeps inflating. When Vancouver is the second most expensive city in the world for residential real estate, ahead of cities long considered as being unaffordable (London, Paris, New York, Tokyo, Los Angeles, San Francisco and Moscow to a lesser extent) it becomes all the more tempting for students at UBC/Simon Fraser (I don’t know about UVic) to leave the province, the country even, for a doctorate, especially for an activist.

Nevertheless, without a reciprocity agreement with British Columbia, the University of Washington will never have success at a level other than the PhD. And even at the PhD level, Washington enjoyed, and still enjoy, a very regional reputation in Canada (in British Columbia especially) at least as far as physics is concerned. But for someone who wants to have their money’s worth, Washington-Seattle is not the best option in its physical prestige bracket. (In computer science, that would be another story because the computational prestige of Washington is higher than its physical prestige) Take Minnesota as a comparison basis; if one is a nuclear physics buff, I would recommend Duke instead but my knowledge of living and salary conditions at Duke is much more limited.

  • Salary: $24,440/year (Minnesota)/$23,472/year (Washington; 12 months @ $1,956/month)
  • Cost of living: ~20-25% higher in Seattle
  • Weather: hotter in Seattle
  • Seattle is more politically polarized

However, as Washington is in an unique position where it can capitalize on a key Canadian physical market, Washington is waiting to see whether Minnesota can successfully do recruiting at CUPC before going on about getting a booth at future editions, but one could say the same of Royal Holloway, Durham, and possibly University College London on the British side, which are all in the same physical prestige bracket as Minnesota, Duke and Washington.

However, even if British Columbia universities constitute a quality border market, with similar physical characteristics to what can be done elsewhere in the country, the physics department at Washington must be asking the same questions as Minnesota on this topic, especially if Harper is reelected. Because we know very well to what extent physics departments coast-to-coast have axes to grind against the current federal government.

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s