CUPC conundrum

The CUPC (Canadian Undergraduate Physics Conference), as any other undergraduate conference, would be a prime target to recruit high-achieving students from a graduate program’s standpoint. Because the undergraduate delegates are primarily well-motivated, high-achieving students, they tend to be graduate school-bound. There will inevitably be a few adventurous (or activist, but activists seem to be less numerous in physics than adventurers) delegates who would use graduate study as a medium for travel. This year, CUPC is held at Trent University.

University of Montreal has no use for a booth at CUPC; the only topic for which UdeM could recruit with any measure of success in English Canada would be white dwarves. (Then again, UdeM is world-leading as far as white dwarves are concerned) Hence it never forked the money for a booth. But I have the feeling some non-Canadian universities would have more success advertising at CUPC than the French-language Canadian ones would. Yet CUPC never had a single booth purchased by a non-Canadian university.

To be fair, non-Canadian universities are at a marketing disadvantage for the Canadian applicant pool, despite the fact that the organizers try to schedule the graduate fair in such a fashion that most delegates will attend it on the last day, even those who wake up a little late. But what exactly these disadvantages are depend on where the university is. A short summary of the disadvantages faced by non-Canadian universities by location is provided below. This is primarily framed in terms of US vs. UK; some adventurers say that a lack of cultural appeal of both countries could be a problem and that these two countries are lower on their lists.

US universities:

  • Testing concerns (GRE, both general and physics)
  • Students enter PhD programs directly (and many Canadian students would rather earn a masters first)
  • Perception of higher tuition (PhD is actually the only level where it is not true, although a few universities, Georgia State being the most extreme, charges higher ancillary fees to PhD students than to undergraduates)

UK universities:

  • Logistics (Canadian students actually need a visa to enter the UK for study, unlike the US, plus inter-continental moving is more troublesome than same-continent moving)
  • UK universities tend to charge exorbitant tuition for masters
  • British masters funding is next to nonexistent

As much as the University of Minnesota acknowledges that I made an effort to understand who I would be advertising to, and that they understand that many CUPC delegates are at the level the department wants, the physics department raises one major concern. They feel that their position on the physical prestige ladder, and their location to a lesser extent, makes it a hard sell. Minnesota’s position on the physical prestige ladder is such that it is on the same level as the best Canadian physics departments. They know they are a backup plan for high-achieving Canadian students to Harvard, Princeton, MIT, Caltech, Berkeley, et al, and they are afraid such students will apply to Canadian schools (UBC, McGill, Toronto, Waterloo being popular among CUPC delegates) rather than Minnesota as back-up plans. But how do I go about addressing that concern?

The fair will likely be held on October 25. On a sidenote: UVA and UC Riverside each managed to get one Canadian student to attend at some point after 2012 and they are lower still on the physical prestige ladder; they probably had to eye one specific research project to go there [over a Canadian university] or otherwise were adventurers and/or activists, but they had geographical advantages over Minnesota. Then again, Minnesota is pressured in both directions.

On the one hand, their physical expansion (and not just in terms of campus space) requires a steady flow of graduate students, and the competition is fierce between universities at that level of talent. Sure, the local pie has gotten bigger but local student bodies can only provide so many high-achieving students. On the other hand, with 43% international students, they can’t expand the PhD student body too much without incurring penalties. That percentage will surely decrease in about 3-5 years but for the next 1-2 years, they will have to look abroad to recruit all the students they need without sacrificing quality, given that I do not expect the yield to change too much, up or down, from the ~30% that is typical of departments at that level.

Also, Minnesota has scrapped the only known physics PhD jointly offered by a Canadian university in partnership with an American university last year. Actually, the University of Manitoba scrapped it first and Minnesota followed shortly thereafter; that joint degree drew Canadian applications (single-digit) without actually drawing students. The students that were accepted ended up elsewhere (maybe one or two went to one of Manitoba or Minnesota anyway without the joint degree)… Here are a few Minnesota-specific selling points (not exhaustive, I know; the research projects offered are a different story):

  • Location is more suitable for graduate study
  • Faculty actually care about students’ well-being
  • Adjustment time is shorter (culture and weather-wise)
  • Course waivers for A- and better in sufficiently advanced coursework (cross-listed as undergraduate and graduate at a minimum)

Why is location a selling point? Consider housing: if my lease in Prospect Park, southeast of campus, for a 1-bedroom apartment runs for $725/month ($775-800 if you include Internet, laundry and electricity), the same apartment would cost ~$2,000/month in the Upper West Side or Lower Manhattan (near Columbia and NYU respectively; same would also hold near UCLA). Don’t be fooled by the higher salaries of NYC or other popular locations; the cost of living is higher than in the Twin Cities. Plus the Twin Cities do not have nearly as many distractions (unless one is a camping, fishing or canoeing fan) as other major cities, but more than Cornell or Penn State. Hence students will be more focused but distractions are still there if they need to use them.

In short, is it worthwhile for Minnesota to reserve a booth at CUPC?

Advertisements

La Fête Nationale du Déménagement

Au Québec, il y a Fête Nationale et Fête Nationale, les deux étant célébrées à une semaine d’intervalle. Or, dans une semaine, la frénésie du déménagement va emporter tout un chacun autour de vous.

Un peu de contexte historique par rapport à la Fête Nationale du Déménagement: en 1974, non seulement la Régie du Logement a été créée, mais, du coup, la date des fins de baux résidentiels a aussi été déplacée du premier mai au premier juillet. Or, le premier juillet est aussi la fête du Canada. Même avec le déclin de la Saint-Jean-Baptiste (ou, du moins, à en croire les diverses coupures de ce gouvernement à Québec) n’en demeure pas moins que la Fête du Canada est très peu courue en termes relatifs en partie à cause des très nombreux déménagements.

Bien qu’on ait souvent accusé cet état de fait d’être l’oeuvre de séparatistes, le gouvernement du Québec en poste à l’époque était fédéraliste avec seulement six députés souverainistes. (Par contre le Parti Québécois est entré au pouvoir deux ans après) Et que l’on oublie souvent que ce n’est pas le PQ qui a déposé le projet de loi créant la Régie du Logement, mais le PLQ, qui avait 102 sièges sur 110. Le PLQ avait rendu la vie plus facile aux familles avec des enfants en âge scolaire également, et aux gens avec un emploi (ou qui déménagent à cause de leur emploi) qui n’ont plus besoin d’utiliser une journée de congé pour déménager.

Par contre, pour les déménageurs autant que les locataires, la Fête Nationale du Déménagement est un véritable casse-tête: les déménageurs doivent travailler de 10 à 15 heures par jour pendant la haute saison des déménagements, qui s’étend du 10 juin au 10 juillet. À cause des baux à date fixe, le 1er juillet est une date très prisée qu’il faut réserver plusieurs mois à l’avance (parfois bien avant la signature d’un bail quelconque) mais, l’avantage pour les clients se traduit par un inconvénient majeur pour les déménageurs: les tarifs passent du simple au double en grande partie à cause des coûts de main-d’oeuvre qui passent du simple au double également (mais la marge bénéficiaire n’est pas passée du simple au double par contre) en raison du salaire à temps double les jours fériés. Pour cette raison les compagnies de location de camions font des affaires d’or également.

Voici quelques statistiques au sujet de la Fête Nationale du Déménagement:

  • 70% des déménagements se font sans assistance professionnelle (2008)
  • 78% des gens qui déménagent mangent au restaurant le jour même (2008; les plats les plus populaires sont la pizza et le poulet rôti)
  • 65 000 foyers montréalais changent d’adresse le 1er juillet (2006)

Conseils pratiques pour les foires universitaires/Practical tips for college fairs

Bien que les trucs originaux m’aient été donnés au congrès de l’ACP par Andreas Warburton, un expérimentateur de particules à McGill, dans un contexte de foire graduée (à utiliser au cas où Minnesota me donne la permission de présenter un kiosque au CUPC; pas de CUPC pour moi sans leur autorisation) ce que j’ai à écrire ici peut fort bien s’appliquer aussi dans un contexte de foire de premier cycle.

Souvent les futurs étudiants vont prendre les étudiants actuels et les diplômés récents plus au sérieux quand il s’agit des questions entourant la vie étudiante, mais les professeurs quand il s’agit de questions relatives au contenu; si vous pouvez avoir, avec votre kiosque, autant un membre du corps enseignant qu’un ancien ou un étudiant actuel, ce serait gagnant. Par contre, voici quelques suggestions pour vous si vous désirez présenter un tel kiosque:

  • Premièrement, essayez d’en connaître sur le public cible! Vous ne présenterez pas une université de la même façon si vous présentez un kiosque à une conférence de premier cycle (d’ordinaire les participants à une telle conférence sont parmi ce qui se fait de mieux dans la discipline de la conférence) qu’à une foire qui s’adresse aux étudiants du secondaire!
  • Une fois que vous avez une connaissance du public cible, préparez une brochure, une affiche et un diaporama PowerPoint (ou Beamer si vous avez accès à LaTeX) auquel cas le diaporama doit être autodéfilant et, idéalement, ne contenir que la vérité, rien que la vérité, toute la vérité.
  • Si cela est possible, vous devez avoir des échantillons d’objets à l’effigie de l’université (pour une foire dans une conférence disciplinaire de premier cycle, 50 échantillons ne sont pas de trop) à votre kiosque. C’est désolant à dire mais même si ça ne fait pas tellement de différences au niveau du recrutement en tant que tel, un étudiant peut néanmoins décider d’aller à un kiosque en fonction des objets remis.
  • Finalement, soyez préparés à répondre aux questions des étudiants! Bien que la plupart des questions concernent la vie étudiante, le coût de la fréquentation ou la qualité du programme, on peut également vous poser des questions au sujet du placement à la sortie.

 

Although the original tips were given to me during the CAP Congress by Andreas Warburton, a particle experimentalist at McGill, in a graduate studies fair context (to use in the event Minnesota grants me permission to present, and man, a booth at CUPC; no CUPC for me without their authorization) what I am writing here may well be applicable in the context of undergraduate fairs also.

Often prospective students will take current students and recent alumni more seriously for all questions pertaining to student life, but professors for questions pertaining to the curricula; if you can have, at your booth, a faculty member as well as an alumnus/a or a current student manning it, you will be golden. However, here are some suggestions for you if you wish to present such a booth:

  • First, learn and know about your target audience! You will not advertise a university the same way if you present a booth at an undergraduate conference (usually the participants to such a conference are among what’s best in the discipline of the conference) than you would at a college fair aimed at high school students!
  • Once you have a working knowledge of your target audience, prepare a brochure, a poster and a PowerPoint slideshow (or Beamer if you are a regular LaTeX user) in which case the slideshow must be run as an automatic slideshow and, ideally, contain only the truth, nothing but the truth, the whole truth.
  • If that is possible, you should have a cache of university-branded promotional items (for an undergraduate disciplinary conference, 50 examples are not out of place) at your booth. Sorry to break it to you, but, even though it makes not that much of a difference to recruiting per se, a student can nonetheless decide to go to a booth because of the items being handed out.
  • Finally, be prepared to answer the questions asked by prospective students! Although most questions pertaining to student life, cost of attendance or the quality of academics, one may also ask questions pertaining to placement at graduation.

Tournoi de posters de l’ACP, suite et fin/CAP poster tournament, the end

Le tournoi de posters de l’ACP, édition 2015, s’est terminée avec le titre divisionnel en banque. Et avec une mention honorable (par contre, pas de distinction entre les rangs 4 à 6, pas plus qu’entre les rangs 7 à 9) Et une seule erreur m’a coûté une place sur le podium lors de ce tournoi de posters au classement général: le graphique de V était dépourvu d’étiquettes d’axe. Néanmoins, je vais recevoir un chèque et un livre à ma discrétion, jusqu’à concurrence de 150$. Ainsi, le poster résultant sera affiché dans le couloir de l’aile V au 2e étage du pavillon Roger-Gaudry, où il demeurera jusqu’à l’ouverture du Pavillon de la Colère.


 

CAP’s poster tournament, 2015 edition, concluded with the divisional title. And with a honorable mention (however, no distinction to be made between ranks 4 through 6, no more than between ranks 7 to 9) And a single error cost me a place on the podium during this poster tournament in the overall leaderboard: the graph of V was devoid of axis labels. Nevertheless, I will receive a check and a book at my discretion, up to a value of $150. Thus the resulting poster will be displayed in the 2nd floor hall of the V-wing at Roger-Gaudry Pavilion, where it will stay until the Pavillon de la Colère opens.

Le tournoi de posters de l’ACP/CAP poster tournament

Premièrement, j’ai le plaisir de vous annoncer que je suis un finaliste au tournoi de posters du congrès de l’ACP, avec une sérieuse option sur le prix de la division de physique théorique, comme je suis l’unique finaliste (voire demi-finaliste) de la division. Par contre, les deux premières rondes du tournoi se déroulent à huis clos. Parmi les dizaines de participants au tournoi, il y a neuf demi-finalistes, parmi lesquels se situent six finalistes, qui iront au gala de l’ACP. Je suis sans voix et, comme tout participant au tournoi, j’avais droit à une boisson gratuite au bar. J’en avais profité pour boire un verre de vin rouge qui me semblait presque imbuvable.

Le jury, composé de cinq professeurs de physique (dont deux ont participé à Theory Canada la semaine dernière), s’est séparé en deux pour interroger les demi-finalistes et les finalistes afin de déterminer la répartition des prix divisionnels et, bien entendu, le vainqueur.

Ceci dit, il y a deux mises à jour sur des billets récents. Le premier étant que je me suis rendu compte que mon plan initial qui était trop fou pour être vrai, pouvait être remplacé par une visite à CUPC2015 à l’université Trent, pour des raisons de ciblage. Plutôt que de visiter 6+ universités, je ne visiterai que Trent à Peterborough et j’en profiterai pour avoir accès à des dizaines, voire des centaines d’étudiants potentiels (et je serais chanceux si Minnesota devait obtenir 6-8 demandes canadiennes l’année suivante, la plupart d’entre elles étant extérieures aux Prairies; pourtant leur capacité à réussir est bonne)…

Et les fameuses pénalités ontariennes, mises au jour par John de Bruyn (Western Ontario) et John Martin (Toronto), sont décriées par tout un chacun extérieur à la biologie. Dans toutes les disciplines autres que la biologie, voici ce qui se passerait: on impose des pénalités, on prend moins d’étudiants étrangers, les locaux remplissent le vide, et ces étudiants étrangers se ramassent ailleurs (en Alberta par exemple, avec Calgary et UofA qui semblent connaître du succès auprès des étudiants iraniens et indiens). Néanmoins, comme on est de bonne foi envers les étudiants déjà présents, on va les laisser continuer jusqu’au bout. Il faudrait trois à cinq ans pour que les effets s’en ressentent. Les départements de biologie canadiens-anglais produisent encore beaucoup trop de biologistes pour que même les pénalités ne permettent pas d’absorber tout le surplus d’étudiants, et les départements québécois ne pourront pas contribuer en aucune façon.


 

First, it is my pleasure to announce that I am a finalist in CAP Congress’ poster tournament, with a serious option on the theoretical physics divisional prize, as I am the sole finalist (even semi-finalist) of the division. However, the first two rounds happen behind close doors. Among dozens of participants to the tournament, there are nine semi-finalists, among which there are six finalists, who will attend CAP’s gala. I am speechless, and, as with any participant to the tournament, I was entitled to a free drink at the bar. I even drank a glass of wine that was almost undrinkable.

The jury, composed of five physics professors (two of which took part to Theory Canada last week), was split in two to interrogate the semi-finalists and the finalists in order to determine the layout of the divisional prizes and, of course, the winner.

That said, there are two follow-ups to recent posts. the first plan, which was too crazy to be true, could be replaced by a visit at CUPC2015 at Trent University, for targeting reasons. Rather than to visit 6+ universities, I will only visit Trent at Peterborough and I will take advantage of the access I will have to dozens, if not hundreds, of potential students (and I will be lucky if Minnesota gained 6-8 Canadian applications next year, most of which will be exterior to the Prairies; yet their ability to succeed is not questioned)…

And the infamous Ontarian penalties, made public by John de Bruyn (Western Ontario) and John Martin (Toronto), are decried by many exterior to biology. In all disciplines other than biology, this is what would happen: penalties are levied, less international graduate students are taken, the domestics fill in the void, and these international graduate students end up elsewhere (in Alberta for exemple, with Calgary and UofA that seem to have success with Irani and Indian students). Nevertheless, the current internationals will still be able to go to the end of their programs. Three to five years are required for consequences to show. the English-Canadian biology department produce far too many biologists for the penalties to allow them to absorb the surplus of students, and that the Quebec departments would be unable to contribute in any shape or form.

Le protectionnisme ontarien/Ontarian protectionism

Je parle ici de l’étendue à laquelle les physiciens canadiens de niveau bac/maîtrise semblent être réticents à quitter le pays pour des cycles supérieurs en l’absence d’un casier judiciaire ou de l’une ou l’autre des bourses doctorales de prestige (la Graham-Bell à 35 000$/an ou, plus prestigieuse encore, la Vanier à 50 000$/an) ou la combinaison d’une bourse du CRSNG ou des bourses provinciales (FRQNT, Alberta Innovates, par exemple) avec un casier judiciaire. Par contre, la plupart des physiciens susceptibles de détenir des casiers judiciaires sont des gens qui ont dû commettre des crimes mineurs (vol à l’étalage par exemple)…

Pour l’instant, mes informations portent à croire qu’il n’y en ait réellement eu que deux doctorants qui, en physique, aient quitté le pays pour des raisons motivées par la politique scientifique civile (en tout ou en partie) mais ils ont pris la décision de quitter le pays au plus fort des exactions fédérales. Il faut dire que mes informations obtenues à Theory Canada sont très fragmentaires et, d’ouest en est (plus ou moins), on a:

  • UNBC
  • UVic
  • UBC
  • Alberta
  • Calgary
  • Lethbridge
  • Saskatchewan
  • Winnipeg
  • Manitoba
  • Lakehead
  • Ottawa
  • Montréal
  • UNB
  • Acadia
  • Memorial (Terre-Neuve)

On pourrait s’attendre à ce que les coupures affectent les intervenants du haut vers le bas, donc les professeurs en premier, les chercheurs postdoctoraux (postdocs) après et enfin les étudiants gradués. Car il s’avère moins coûteux d’avoir un étudiant gradué qu’un postdoc; toute coupure va affecter la capacité des profs à prendre des étudiants ou des postdocs. Or, le CRSNG n’en a plus que pour les gros joueurs physiques. York et Lethbridge, qui ne sont aucunement des “gros joueurs physiques”, ont eu de la difficulté à ouvrir le nombre de places de maîtrise et de doctorat qu’ils veulent. Malgré cela, cela ne semble pas avoir affecté la partie étudiants gradués de la pyramide au point de voir les étudiants s’exiler à ce niveau, et encore moins en tant qu’acte de protestation.

Après avoir passé au peigne fin des participants susceptibles de rapiécer l’information manquante au congrès de l’ACP (Association canadienne des physiciens), qui a lieu à Edmonton et auquel je prends part, j’arrive à la conclusion qu’il n’y a pas eu de changements significatifs sur les migrations d’étudiants gradués. J’avais également recommandé à l’ACP de compiler des statistiques sur les flux migratoires internationaux de physiciens, à rendre publiques, car je crois qu’un changement dans ces flux peut être induit par la politique scientifique.

Toutefois, le mécanisme qui a permis de limiter l’exode des cerveaux n’est pas tant une vague d’activités criminelles qu’un corpus de pénalités infligées par Queen’s Park à la prise d’étudiants gradués étrangers dans les programmes de recherche. Essentiellement, cette pénalité fait que l’université reçoit moins d’argent “par tête de pipe” pour un étudiant gradué étranger que pour un étudiant local; cette pénalité s’élève à ~6000$ pour les humanités, les sciences humaines, et à ~8000$ pour les sciences et le génie. (Le gouvernement du Minnesota impose également de telles pénalités mais elles sont imposées seulement lorsqu’un programme de recherche viole la règle du “50%+1 local”)

Résultat: en physique, les universités ontariennes qui, autrefois, étaient souvent difficiles d’accès (surtout quand on parle des 6 grands axes physiques de l’Ontario, Western, Queen’s, McMaster, Waterloo, Toronto et Ottawa/Carleton) ont réussi à absorber presque tout le surplus d’étudiants canadiens-anglais. Peut-être qu’aujourd’hui ça va permettre de maintenir le rythme de recherche mais, à entendre les gens de Western et de Toronto, à long terme, Queen’s Park va peut-être modifier la pénalité (vraisemblablement pour tout étudiant gradué étranger de recherche qui excède le seuil de 50%+1)

CU-Boulder doit sans doute se dire “Peut-être qu’on aurait pu avoir un bon étudiant susceptible de réussir et qui serait capable de s’intégrer avec les bacheliers” Or, CU-Boulder est très bon pour 3 affaires: la matière condensée, l’optique et la physique solaire. Par contre, bien que je puisse m’intégrer assez bien aux étudiants à l’université du Colorado à Boulder, CU-Boulder comporte deux désavantages: le coût élevé de la vie à Boulder (qui a forcé CU-Boulder à tenter de diminuer le stress au minimum, un peu comme NYU qui s’apprête à éliminer le pré-doc), et la faiblesse du département en termes de cosmologie des particules.

Dans le contexte québécois il faudrait vraiment être un physicien pour accorder à CU-Boulder un prestige quelconque. Et le deuxième protestataire ne pouvait visiblement pas aller à CU-Boulder; UVA est très similaire à CU-Boulder (excluant l’astro; un amateur de radio-astronomie trouverait son compte à UVA mais pas à CU-Boulder et l’inverse est vrai en physique solaire) en tant que département de physique.


 

Here I am talking about the extent at which Canadian physics students at the bachelors or masters levels seem reluctant to leave the country for graduate study in the absence of a criminal record or of one of two prestigious doctoral grants (the Graham-Bell at $35,000/year or, more prestigious still, the Vanier, valued at $50,000/year) or the combination of a NSERC grant or a provincial grant (FRQNT, Alberta Innovates, for example) with a criminal record. However, most physicists that hold criminal records are people that committed petty crimes (shoplifting for example)…

For now, my information lead me to believe that there actually only are two students who, in physics, left the country for doctoral study because of civilian scientific policy (in whole or in part) but they took the decision to leave the country at the height of the crisis. It must be said that the information gathered at  Theory Canada are highly incomplete and that we have, starting West (more or less), the following:

  • UNBC
  • UVic
  • UBC
  • Alberta
  • Calgary
  • Lethbridge
  • Saskatchewan
  • Winnipeg
  • Manitoba
  • Lakehead
  • Ottawa
  • Montreal
  • UNB
  • Acadia
  • Memorial (Newfoundland)

One would expect that the funding cuts affected the people from the top down, therefore affecting professors first, postdoctoral researchers (postdocs) afterward and finally the gradute students. Because it is less expensive to take a graduate student than a postdoc; any cut will affect the ability of professors to hire graduate students or postdocs. Yet, NSERC only seemingly cares about the major physical players. York and Lethbridge, who are not “major physical players” by any stretch of the imagination, have had trouble opening the number of masters and doctoral positions they want. Despite this, this did not seem to affect the graduate students level of the pyramid to the point of seeing students expatriate at that level, and much less as an act of protest.

After having interrogated participants that were susceptible to piece together the missing information at the CAP Congress (Canadian Association of Physicists), which is held in Edmonton and to which I take part, I arrive at the conclusion that there has been no significant change in graduate student migrations. I also recommended to CAP to compile statistics on migration flow of graduate students, to make public, because a change in these flows can be induced by scientific policy.

However, the mechanism that allowed to limit the brain drain is not so much a crime wave but a body of penalties imposed by Queen’s Park while taking international graduate students in research programs. Essentially, this penalty makes it so that the university receives less “headcount money” for an international graduate student than for a domestic graduate student; this penalty is ~$6,000 for humanities, social sciences, and at ~$8,000 for sciences and engineering. (The Minnesota state government also imposes such penalties but they are triggered only if a given research program violates the “domestic 50%+1” rule)

Result: in physics, Ontario universities who, in the past, were often difficult to get into (especially when one talks about the six great physical axes of Ontario, Western, Queen’s, McMaster, Waterloo, Toronto and Ottawa/Carleton) have successfully absorbed almost the entire surplus of English-Canadian graduate students. Maybe it will allow to maintain the research activity today but, when one hears Western and Toronto faculty talk about the penalties, in the long term, Queen’s Park will perhaps modify the penalty (probably for each international graduate student exceeding the 50%+1 threshold)

CU-Boulder must be telling themselves “Maybe we could have had a good student capable of succeeding and capable of fitting in with the undergrads” Yet, CU-Boulder is very good for 3 physical topics: condensed matter, optics and solar physics. However, although I can integrate well with students at the University of Colorado at Boulder, CU-Boulder has two disadvantages: the high cost of living in Boulder (which forced CU-Boulder to attempt reducing stress of graduate students at a minimum, like NYU who will soon eliminate quals), and the weakness of the department in terms of particle cosmology.

In the Quebecer context, one really has to be a physicist to grant CU-Boulder any prestige whatsoever. And the second proteser visibly couldn’t attend CU-Boulder; UVA is very similar to CU-Boulder (excluding astrophysics; a radio-astronomy diehard would likely call UVA home but not CU-Boulder and the reverse is true in solar physics) as a physics department.

Deux pour le prix d’un/Two for one

J’estime que j’ai connu une belle fin de maîtrise. Vous pouvez dire ce que vous voulez des maîtrises canadiennes, mais certains se sont plaints que les exigences grandissantes empiètent sur le terrain doctoral, des plaintes émises par des administrations universitaires, par exemple. En physique, on s’attend, dans les 4 plus grands départements canadiens (McGill, UBC, Waterloo, UdeM) ne pratiquant pas le passage direct d’office, à avoir assez de contenu physique dans une maîtrise pour remplir un article dans une publication à comité de lecture, voire d’avoir un tel article qui en découle. Plaintes ciblées contre la virologie à l’Institut Armand-Frappier au premier chef, dont sa plainte principale est de grossir sans cesse la taille des projets de maîtrise.

Je tire de cette maîtrise, deux articles pour le prix d’un. Maintenant, bien que j’aie joué un rôle majeur dans un article sur le kink en 1+1 dimensions, le deuxième article auquel je fais référence est un article pour lequel je n’ai contribué qu’au tout début, mais qui concerne le modèle en 3+1 dimensions.

Finalement, comme la première conférence coûte déjà assez cher en partant, l’ACP, pourquoi ne pas y joindre Theory Canada (et réutiliser le même poster), et ainsi aller à 2 conférences pour le prix d’un? Bon, le poster était fait en vinyle et ça m’a coûté 83$ mais au moins je pourrai le réutiliser par la suite. Je dois dire que, comparé aux anciennes éditions de Theory Canada, je trouvais ça un peu court car les étudiants gradués ont droit à 15 minutes plutôt que les 20 minutes des anciennes éditions. De plus, on n’a que 15 minutes pour tenter de comprendre de la recherche de pointe. Pour cette raison, je préfère une présentation de poster à un exposé de 15 minutes, ou même 20 minutes: on a plus de temps pour comprendre.

P.S.: Il appert que j’ai accusé un an de retard sur unE autre protestataire de la politique scientifique civile canadienne, unE diplôméE d’Acadia (Nouvelle-Écosse) qui est présentement à l’université de Virginie. UVA semble jouir d’un plus grand prestige physique dans les Maritimes que partout ailleurs au Canada mais pas au point de recevoir la majorité des demandes canadiennes des Maritimes sur une base régulière. (Donc UVA n’est pas aux Maritimes ce que Minnesota ou Northwestern sont aux Prairies ou Washington-Seattle à l’Alberta et à la Colombie-Britannique, dans le contexte de la physique) J’ai obtenu cette information à Theory Canada même; une des organisatrices a écrit une lettre de référence pour ce/cette protestataire…


 

I think I had a happy ending to this masters. Say what you will about Canadian masters programs, but some complained about the ever-growing demands impinge on the doctoral domain, complaints issued by university administrations, for example. In physics, one is expected, in the four most prestigious Canadian physics departments that do not practice direct passage by default (McGill, UBC, Waterloo, UdeM) to have enough physical content at the end of a masters to fill an article in a peer-reviewed publication, or even with one such article stemming from it. Complaints that are first aimed against virology at the Institut Armand-Frappier, whose primary complaint is that masters projects are too big, and still growing.

Nevertheless, I get, from that masters, two papers for the price of one. Now, although I played a major role in an article about kinks in 1+1 dimensions, the second paper I am referring to is an article that I contributed only at the very beginning, but that concerns the model in 3+1 dimensions.

Finally, as the first conference was already expensive enough as it stands, CAP, why not tack on Theory Canada (and reuse the same poster), and thus go to two conferences at the cost of one? Sure, the poster was made of vinyl and it cost me $83, but at least I can reuse it afterward. I must say that, compared to older editions of Theory Canada, I found it a little short because graduate students are entitled to 15 minutes rather than the 20 minutes of older editions. In addition, we only have 15 minutes to understand cutting-edge research. For this reason, I prefer a poster session to a 15-minute talk, or even 20 minutes: we have more time to understand.

P.S.: It appears that I incurred a year of delay over another protester of Canadian civilian science policy, an Acadia University (Nova Scotia) graduate, currently at the University of Virginia. UVA seems to enjoy greater physical prestige in the Maritimes than anywhere else in Canada but not to the point of receiving the majority of Canadian applications from the Maritimes on a regular basis. (Therefore UVA is not to the Maritimes what Minnesota or Northwestern are to the Prairies or Washington to Alberta and British Columbia) I obtained that information at Theory Canada itself; one of the organizers wrote that person a letter of recommendation…

Le poster utilisé

Dix universités touristiquement sous-estimées/Ten touristically underrated universities

On sait tous que les universités les plus prestigieuses sont souvent connues et reconnues en tant qu’attractions touristiques: du côté des États-Unis, on a Harvard (au premier chef), Princeton, Stanford, Berkeley, Virginie, MIT, UCLA, l’Université de Chicago, le Collège de William et Mary, Notre Dame, ainsi que Yale (les six dernières sont moins populaires que les cinq premières en tant qu’attractions touristiques), et, en Europe, la Sorbonne, Oxford, Cambridge, Coimbra, Bologne, Trinity College Dublin, Salamanque. Par contre, pour chaque Harvard ou Oxford, il y a une université qui comporte pourtant des mérites architecturaux ou paysagers très similaires mais qui, pour une raison quelconque, n’a pas la notoriété touristique à laquelle elle a droit, ou qui a le malheur d’être dans une ville qui a simplement beaucoup plus à offrir touristiquement. Je suis peut-être un peu biaisé… veuillez m’excuser; cette liste ne constitue en aucun cas un classement, pas même en ordre de sélectivité.

Ce sera mon dernier billet avant mon départ pour Calgary afin de participer à Theory Canada et, via un autobus, au congrès de l’ACP à Edmonton.

  1. Columbia (New York). Un exemple typique d’une université qui est touristiquement victime de sa ville. Il faut dire que le Upper West Side de Manhattan est loin des grands axes touristiques de New York. Le hic est que, à Columbia, vous ne pouvez pas visiter les bâtiments de l’intérieur sans avoir un guide disposant d’une carte d’identité valide (étudiant ou membre du personnel), à l’exception du pavillon Low (bien qu’officiellement, le pavillon Low est qualifié de bibliothèque, ça n’en est pas une).
  2. Moscow State (Moscou) Encore une fois, comme avec Columbia, Moscow State est victime de sa ville. Le pavillon Lomonossov, qui a pourtant l’air d’un hôtel de luxe, est le symbole immobilier de cette université et constitue le plus haut édifice académique au monde. Il faut porter attention au bassin de réflexion à sa base.
  3. Washington University à Saint-Louis. Même si WUSTL est connu d’abord et avant tout, en termes touristiques, comme un paradis botanique (comment faire autrement quand il y a 3 800 espèces d’arbres sur le campus? Et c’est sans compter les autres espèces végétales non-arboricoles) il y a des trésors architecturaux, dont les divers pavillons de WUSTL, comme le pavillon Brookings, le pavillon de psychologie, pour ne nommer que ceux-là.
  4. Université de Copenhague. La principale attraction est, bien entendu, la bibliothèque (et surtout de l’intérieur), avec la Frue Plads qui, avec la Rundetarn, sont les attractions de l’extérieur sur le campus. Par contre, comme avec la plupart des universités européennes en milieu urbain, difficile de savoir qu’on est sur le campus sans chercher un point précis sur ledit campus.
  5. Kenyon College (Gambier, Ohio). Contrairement à Columbia et à Moscow State, qui sont victimes de leurs villes, Kenyon est touristiquement isolée; une heure de distance de Columbus, et pourtant un amateur de campus ruraux va y trouver son compte (et même chose vaut pour les Mt. Holyoke, Sewanee de ce monde).
  6. Université de Washington (Seattle). Est-ce un cas d’incompétence du personnel de marketing ou un cas d’université victime de sa ville? Je ne peux le départager. Néanmoins, la bibliothèque centrale (Suzzallo), ainsi que le quadrilatère central, constituent seulement quelques-uns des attractions touristiques centrales du campus.
  7. King’s College London (Londres).  Comme avec Columbia et Moscow State, KCL est victime de sa ville plutôt que d’un manque de volonté touristique de la part de son administration. Touristiquement parlant, les deux campus à visiter sont les campus du Strand et de Waterloo, sur des rives opposées de la Tamise (mais quand on a les principaux édifices du gouvernement britannique à proximité de ces deux campus, facile, très facile, de laisser KCL de côté pour un touriste)
  8. McMaster (Hamilton, Ontario). Contrairement à Columbia, Moscow State ou KCL, McMaster est victime de sa ville d’une toute autre façon: Hamilton étant célèbre pour son usage à titre de lieu de test des sondes lunaires et martiennes, c’est la ville au grand complet qui échappe au radar touristique.
  9. Université de Göttingen (Allemagne). Même si vous n’êtes pas un mathématicien (encore aujourd’hui, même si Göttingen n’est plus aussi active dans la formation de mathématiciens que jadis, c’est tout de même sa spécialité primaire) vous pouvez encore visiter l’église Pauliner, l’Auditorium Maximum et l’Alte Aula.
  10. Université de Beijing. Cette liste ne saurait être complète sans une université asiatique. Une quatrième université victime des autres attractions de sa ville (Cité Interdite, Grande Muraille de Chine). Le campus est entouré de lacs, de telle sorte que les jardins (incluant le Jardin de Yan et le Jardin de Langrun) soient l’attraction touristique principale sur le campus.

Ce choix n’a pas été facile, mais il fallait faire des compromis.


We all know that the most prestigious universities are often known and renowned as tourist attraction: on the US side, we have Harvard (first and foremost), Princeton, Stanford, Berkeley, Virginia, MIT, UCLA, University of Chicago, College of William and Mary, Notre Dame, as well as Yale (the latter six are less popular than the former five as tourist attractions), and, in Europe, la Sorbonne, Oxford, Cambridge, Coimbra, Bologna, Trinity College Dublin, Salamanca. However, for each Harvard or Oxford, there is a university with similar architectural or landscape merits but, for some reason, don’t have the touristic notoriety it deserves, or that has the bad fortune of being in a city that simply has a lot more to offer to tourists. I might be biased… excuse me, this list is not a ranking in any shape or form, not even in order of selectivity.

It will be my last post before my departure for Calgary so that I could participate in Theory Canada and, with a bus, onward to the CAP Congress in Edmonton.

  1. Columbia (New York City). A typical example of a university that is touristically victim of its city. One has to say that the Upper West Side of Manhattan is away from the great tourist axes of New York City. The problem is that, at Columbia, you may not visit the buildings from the inside without having a guide with a current ID (student or staff), with the exception of the Low Library (although officially designated as a library, it is neither low nor a library)
  2. Moscow State. Once again, as with Columbia, Moscow State is a victim of its city. The Lomonossov Building, which looks like a luxury hotel, is the real estate symbol of this university and constitutes the highest academic building in the world. One must pay attention to the reflection basin at its base.
  3. Washington University in St. Louis. Even though WUSTL is known first and foremost, in touristic terms, as a botanical paradise (how to do otherwise when there are 3,800 tree species on campus? And that’s not counting non-tree plant species) there are architectural gems on WUSTL’s campus, including Brookings Hall, the Psychology Building, to name a few.
  4. University of Copenhagen. The primary attraction is, of course, the library (especially from the inside), with the Frue Plads, along with the Rundetarn, are the exterior attractions on campus. However, as with most European universities in urban settings, it is difficulty to know that you’re on campus without looking for a particular spot on said campus.
  5. Kenyon College (Gambier, Ohio). Contrary to Columbia and Moscow State, which are victims of their cities, Kenyon is touristically isolated; an hour of distance from, and yet a fan of rural campuses will likely find satisfaction (and same goes for the Mt. Holyokes, Sewanees of this world).
  6. University of Washington (Seattle). Is it a case of the incompetence of the marketing personnel or a case of a university that is a victim of its city? I cannot tell at this juncture. Nevertheless, the central library (Suzzallo), as well as the main quad, constitute only a few of the touristic attractions on campus.
  7. King’s College London.  As with Columbia and Moscow State, KCL is victim of its city rather than of the lack of touristic will from the administration. Touristically speaking, both campuses to visit are the Strand and Waterloo campuses, on opposite banks of the Thames (but when you have the main buildings of the British government near both campuses, easy, very easy to put KCL aside for a tourist)
  8. McMaster (Hamilton, Ontario). Contrary to Columbia, Moscow State or King’s College London, McMaster is a victim of its city in a completely different way: Hamilton being famous for its usage as a testing site for lunar and Martian rovers, it’s the city as a whole that escapes touristic radars.
  9. University of Göttingen (Germany). Even if you are not a mathematician (today, even if Göttingen is not as active in the training of mathematicians as it once was, it’s still its primary specialty) you may still visit the Pauliner Church, the Auditorium Maximum and the Alte Aula.
  10. Beijing University. This list just wouldn’t be complete without an Asian university. A fourth university that is a victim of the other attractions of its city (Forbidden City, Great Wall of China). The campus comprises multiple lakes, so that its gardens (including the Garden of Yan and the Langrun Garden) are the primary touristic attraction on campus.

This choice was far from easy, but I had to make a compromise.


 

Le Livre Noir de NYU sous Sexton

Après avoir lu et re-lu The Art of the Gouge, je me suis aperçu que non seulement c’était un avertissement pour nombre d’étudiants étrangers de ne pas considérer fréquenter NYU (même au doctorat, parce que vous verrez à la lecture du Livre Noir que les étudiants étrangers doivent payer davantage en frais afférents et que ces suppléments rendent la vie à New York invivable avec les bourses qu’ils donnent) mais aussi la pointe de l’iceberg en ce qui a trait aux problèmes universitaires et un bel exemple de ce qu’il ne faut pas faire.

Maintenant que j’ai l’autorisation de la part de NYU FASP de traduire The Art of the Gouge en français, je me suis embarqué dans une traduction de l’ouvrage. Étant désormais habitué d’écrire des documents de ce type avec LaTeX, je me suis aperçu que je devais écrire les 39 pages d’une seule traite (et pas en trois, ou devrais-je dire deux, documents comme dans la version originale). Il y a deux titres possibles que vous pouvez utiliser:

  • Le Livre Noir de NYU sous Sexton
  • L’art de l’extortion: comment NYU extorque des milliards de nos étudiants – et où va cet argent (traduction littérale)

Pour avoir droit aux trois parties telles qu’originellement définies dans la version originale, j’ai dû scinder le document LaTeX en trois parties, de sorte qu’ici, il y aura quatre documents PDF.

Le Livre Noir de NYU sous Sexton (l’ouvrage dans son intégralité)

Première partie: La Grande Extorsion: La ponction financière sans relâche de NYU

Deuxième partie: Des milliards dépensés sur l’immobilier alors que les étudiants dorment sur des bancs

Troisième partie: Où coule l’argent à NYU: Des millions dépensés sur des cadres alors que les étudiants cherchent de la nourriture

Assez parlé des aspects techniques de la création de ce document. Je vais y aller de mes commentaires personnels face au contenu de l’ouvrage. À bien y penser, autant après avoir lu la version originale que la version française, ça confirme que j’avais pris la bonne décision de ne pas déposer de demande d’admission à NYU. Trop d’étudiants surmenés, trop de frais afférents, la négligence du bas de l’échelle tout en augmentant de manière vertigineuse les salaires vers le haut…

Si Columbia, même en étant plus sain dans ses pratiques financières et ayant des bourses doctorales (en sciences) autour de 34-35k$/an (si, l’année dernière, les bourses doctorales s’élevaient à 33 782$, et qu’un étudiant admis à Columbia avait arrondi sa bourse à 35k$, j’aurais tendance à croire que le véritable montant pour cette année se trouve autour de 34 600-700$; je ne crois pas qu’ils peuvent se permettre d’augmenter de 5% comme ils l’auraient voulu) sont obligés d’améliorer l’aspect humain de la fréquentation pour demeurer à flot en recherche, je n’oserais pas du tout imaginer ce qui se passerait à NYU.

Ce qui vaut à Columbia pour le coût de la vie, vaut aussi à NYU. Mon impression est que, même s’ils payaient eux aussi un salaire dans cette fourchette, NYU fait payer des frais afférents beaucoup plus élevés que ce qui se fait à Columbia; une chance que je n’ai pas appliqué à NYU (et pourtant j’y étais prenable)… Surtout quand on a des doctorants qui mendient dans les parcs new-yorkais, des frais usuriers cachés, on peut comprendre que NYU ne soit même pas dans le top-40 de la physique!

Pour plus d’information, visitez le nyufasp.com

How to use graduate study abroad as a tool for action

Si vous êtes un étudiant canadien ou européen qui désire se servir d’études supérieures à l’étranger en tant qu’action politique, il faut que vous complémentiez ce programme gradué avec d’autres moyens d’action. Tenez-le pour dit, aller à l’étranger pour des cycles supérieurs n’est pas une action en soi, même si les effets des coupures à la science vont évidemment se propager aux étudiants gradués. Vous me demanderez pourquoi je mentionne autant le cas canadien qu’européen. Si, depuis 2008, au Canada, le budget de la science a diminué de 14%, il ne faut pas oublier qu’il y a eu des coupures à tout bout de champ en Europe.

Ceci dit, vous pouvez toujours écrire aux instances concernées, comme les parlementaires, les organismes subventionnaires, les associations disciplinaires (par exemple l’ACP), faire des sorties dans les médias (même les médias étudiants) ou en ligne. Et, lorsque possible, prendre part à des manifestations. En période électorale, vous devez confronter les candidats sur les enjeux scientifiques.

J’avais précédemment mentionné que, si vous désirez utiliser des études à l’étranger pour des fins de protestation politique, vous devez faire attention au prestige disciplinaire ainsi qu’à votre propre dossier. (S’il s’agit de griefs de premier cycle, ou tout autre grief universitaire extérieur à la recherche, on parlera plutôt du prestige global de l’institution) Peut-être que ce serait différent dans le contexte d’autres disciplines et/ou en Europe, mais le consensus canadien, dans le contexte de la physique au niveau gradué, est que les universités américaines sont davantage conseillées.

Si vous ne visez pas les 15 meilleurs départements aux États-Unis, le prestige sous-disciplinaire, voire dans un sujet, entre en ligne de compte. (La plupart des étudiants qui se serviraient d’un PhD à l’étranger en tant que support pour l’action doivent être confortables avec l’aspect politique de l’opération avant de le faire) Prenons par exemple la cosmologie des particules à Minnesota vs. Notre Dame. Si on considère uniquement l’aspect prestige de la chose (je sais, il faut prendre les classements académiques avec un grain de sel; ce n’est réellement utile qu’au macro-niveau) alors Minnesota a l’avantage en termes de prestige autant physique (Minnesota est 22e ou 23e, je ne suis pas certain de où se place Penn State physiquement face à Minnesota; toutefois, je sais avec certitude que Minnesota n’est pas dans le top-20, mais 25e au pire, alors que Notre Dame est 49e) que cosmologique. Voici quelques suggestions par sous-discipline extérieures au top-15:

  • Matière condensée: Minnesota, Rutgers, Penn State
  • Optique: CU-Boulder, Rochester, Arizona
  • Nanoscience: Maryland, Rice, Northwestern
  • Nucléaire: Michigan State, Notre Dame, Duke
  • Particules: Stony Brook, Minnesota, Indiana
  • Gravitation quantique: Maryland, Penn State, Brown
  • Plasma: Floride, Wisconsin
  • Astrophysique: Ohio State, UCSC, Hawaii-Manoa
  • Information quantique: LSU, USC, Carnegie Mellon
  • Médical: Vanderbilt, Duke, Wayne State

Bien entendu, tout ceci ne valait réellement que pour les étudiants dits “pseudo-PGS D”. Un étudiant qui est à peine mieux que 3.0 appliquerait dans des départements de physique qui seraient susceptibles de faire douter du jugement physique de l’étudiant (à la place du jugement politique, ou peut-être même en sus du jugement politique). Finalement, il va sans dire que, lorsque vous faites vos interventions, il faut absolument que vous mentionnez les risques d’exode des cerveaux et que ça va affecter tout un chacun, même les étudiants gradués en devenir. Le risque devient plus concret pour les destinataires si vous mentionnez en plus votre destination dans vos interventions et le pourquoi vous effectuez ce choix.


If you are a Canadian or European student that desires to use graduate study abroad as political action, you have to complement this graduate program with other means of action. It has to be said that going abroad for graduate study is not an action in and of itself, even though the effects of science cuts will obviously trickle down to the graduate students. You will ask me why I mention both Canada and Europe. If, since 2008, the Canadian science budget was cut 14%, one must not forget that there have been cuts in Europe as well.

That said, you can always write to the concerned instances, such as elected parliamentarians, the field-specific associations (CAP for example), grant-funding agencies, make media interventions (even student media) or online. And, if possible, take part in protests. In electoral periods, you must confront the candidates about scientific issues.

I previously mentioned that, if you desire to go abroad for graduate school as a means of political protest, you have to pay attention to in-field prestige as well as your own dossier. (If you have undergraduate griefs to voice, or otherwise higher education grievances that are not research-specific, then change in-field prestige for school-wide prestige) Maybe it would be different in the context of other disciplines and/or in Europe, but the Canadian consensus, in the graduate physics context, is that American universities are better-advised.

If you do not aim for the 15 best physics departments in the United States, in-subfield, or even in-topic, prestige becomes important. (Most students that would use the attendance of a PhD program abroad as a support for action must be comfortable with the political aspect of the operation before carrying it out) Take for example particle cosmology at Minnesota vs. Notre Dame. If one only considers the prestige aspect of this comparison (I know, you must take academic rankings of all kinds with a grain of salt; it is actually only useful at a macro level) then Minnesota enjoys an advantage in terms of both physical prestige (Minnesota is 22nd or 23rd, I am not certain of where Penn State stacks up physically to Minnesota; however, I know for certain that Minnesota is not a top-20 school, but 25th at worst, while Notre Dame is 49th) and cosmological prestige. Here are a few suggestions by subfield exterior to the top-15:

  • Condensed matter: Minnesota, Rutgers, Penn State
  • Optics: CU-Boulder, Rochester, Arizona
  • Nanoscience: Maryland, Rice, Northwestern
  • Nuclear: Michigan State, Notre Dame, Duke
  • Particles: Stony Brook, Minnesota, Indiana
  • Quantum gravitation: Maryland, Penn State, Brown
  • Plasma: Florida, Wisconsin
  • Astrophysics: Ohio State, UCSC, Hawaii-Manoa
  • Quantum computing: LSU, USC, Carnegie Mellon
  • Medical: Vanderbilt, Duke, Wayne State

Of course, this entire list of suggestions mostly really were applicable to “near-PGS D” students. A student that barely clears 3.0 would apply to physics departments that would be susceptible to make someone doubt the student’s physical judgment (rather than political judgment, or even on top of political judgment). Finally, it goes without saying that, when you make your interventions, you must absolutely mention the brain drain risks and that it will affect a whole bunch of people, even prospective graduate students. The risk becomes more concrete to the eyes of the recipients if you mention your destination in your interventions and why you make that choice.

­