Plasma & phys-info

Hier soir, j’ai passé sur toute la gamme des émotions. Tantôt j’étais déçu que la décision finale ne soit pas prise demain dans le dossier de phys-info, tantôt j’estime que les gens de plasma sont tombés sur leurs têtes en proposant le programme suivant pour régler un problème à l’interne. Une chance que les gens à l’université Paul Sabatier, à Toulouse, ne sont pas au courant des véritables motivations montréalaises derrière ce projet bidiplômant en sciences et technologies des plasmas: une monnaie d’échange pour éliminer phys-info.

Projet de création-LITAP (en français seulement)

Un diplômé de ce programme aura 2 maîtrises pour le prix d’un seul mémoire: une maîtrise d’une université québécoise participante (Montréal, INRS) et une autre de l’université Paul Sabatier, auquel cas ce serait une bonne idée pour quelqu’un qui regrette de ne pas avoir fait un échange au premier cycle. Bien que ce projet semble desservir nos besoins de collaborations internationales, et que les étudiants puissent profiter de deux sources d’expertise pour le prix d’un, j’ai deux réserves à émettre.

  • La propédeutique, du côté des étudiants français. Il appert que la licence française ne va pas aussi loin dans la matière que le baccalauréat québécois; s’ils veulent être en mesure de suivre les cours gradués québécois dans le programme, ils auront de la propédeutique à faire avant d’y être fonctionnel.
  • L’aspect financier, autant du côté des étudiants québécois que des étudiants français. D’une part, on a 436 euros par mois pour 6 mois (qui est nettement insuffisante pour vivre avec à Toulouse sans voyager, et c’est très tentant de voyager pendant l’été) alors imaginez-vous la nécessité pour l’étudiant québécois d’obtenir la bourse de mobilité. D’autre part, on a la possibilité que les frais de scolarité des étudiants français pour la portion québécoise soient portés autour de ~9 000$ pour l’année au Québec, et vivre à Montréal avec 6 600$/an pour les dépenses de subsistance est impossible.

Je crois que, étant donné nos problèmes avec les étudiants gradués, et les problèmes engendrés par ce nouveau programme, ce programme de maîtrise serait un moindre mal entre ça et phys-info. Alors j’accepterais que ce programme soit implanté à la condition que le baccalauréat de physique-informatique soit éliminé. Se servir d’une nouvelle option dans un programme gradué comme monnaie d’échange pour éliminer un programme gênant de premier cycle me semblait, de prime abord, un peu bizarre, mais je n’oserais pas imaginer la tête de monsieur Leonelli lorsqu’il va entendre autant les profs de plasma que moi poser cette condition.


 

Last night, I went through the full range of emotions. I was at once disappointed that the final decision won’t be made tomorrow on the fate of phys-info, and that the plasma guys were crazy in suggesting the following program in an attempt to solve an internal problem. Luckily, the people at Paul Sabatier University, in Toulouse, are not aware of the real Montrealer motivations behind this dual-degree program in plasma science and technology: a trading chip to eliminate phys-info.

A graduate from this program will have 2 masters at the cost of a single thesis: a masters from a participating Quebec university (Montreal, INRS) and another one from Paul Sabatier, in which case it is a good idea for someone that regretted not going on a study abroad in undergrad. Although this project seems to address our needs for international collaborations, and that students will be able to take advantage of two expertise sources for the cost of one,  I have two reservations to make.

  • Preparatory coursework for French students. It appears that the Frehcn licence does not cover as much physical ground as the Quebecer bachelors; if they want to be able to take the Quebecer graduate courses in the program, they will have to complete preparatory coursework before they can be functional in a Quebec graduate classroom.
  • The financial aspect, for both French and Quebecer students. On one hand, one is paid 436 euros per month (which is grossly insufficient to live in Toulouse without traveling, and it’s very tempting to travel during the summer), then one can easily imagine that a Quebecer student would need to get the mobility grant. On the other hand, the possibility that French students’ tuition will be increased to ~$9,000 for the year in Quebec, and living in Montreal on $6,600 for a year of living expenses is impossible.

I believe that, given our problems with graduate students, and the problems engendered by this new program, this dual-masters degree program would be the lesser evil between this and phys-info. Thus I would accept that this program be implemented at the condition that the physics-computer science joint honors bachelors be eliminated. To use a new option in a graduate program as a trading chip to get rid of a cumbersome undergraduate program would, at first, seem a little weird, but I would not dare imagine Mr. Leonelli’s head when he will hear this condition coming from both the plasma professors and me.

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s